récolte de gelée royale

Comment est récoltée la gelée royale ?

L’un des produits de la ruche les plus prisés est la gelée royale. Et pour cause ! On confère à cette substance particulière de nombreux bienfaits curatifs du fait de sa richesse nutritionnelle. Plus rare que le miel, la gelée royale ne peut se trouver qu’au cœur même de la ruche, près de la reine abeille. Pour l’obtenir, c’est un vrai travail d’orfèvre qui doit être fourni. Découvrons ensemble quelles sont les étapes de la récolte de la gelée royale.

L’importance de la gelée royale

La gelée royale est une substance nacrée blanchâtre, de consistance gélatineuse comme son nom l’indique. Elle est appelée royale, car elle est l’aliment exclusif de la reine des abeilles. Celle-ci est le pilier de la colonie et garantit la survie de l’espèce. Chaque ruche possède une seule reine et chaque reine se nourrit exclusivement de gelée royale de la naissance à la mort. C’est le régime alimentaire de l’abeille qui fait la différence entre la reine et les ouvrières. Après essaimage (lorsque la reine et une partie des abeilles quittent la ruche pour former une nouvelle colonie) ou après la mort de la reine, les abeilles ouvrières sélectionnent 3 à 5 larves. Parmi celles-ci, une seule d’entre elles deviendra la future reine.

Cette dernière sera toujours nourrie de gelée royale tout au long de sa vie. Les autres larves ne consomment de la gelée royale que pendant les trois premiers jours de leur vie. Elles vivent ensuite de miel et de pollen. La gelée royale contient les éléments essentiels qui permettent à la larve de modifier son ADN pour devenir une reine. Sa grande mission royale est de pondre des œufs. Au cours de sa longue vie, elle pondra plus d’un million d’œufs. Elle a par ailleurs des droits exclusifs de fécondité dans la colonie. Se nourrissant de gelée royale de langue à langue, sa durée de vie est 40 fois plus longue que celle des abeilles ouvrières. C’est le secret de sa longévité. Du fait de sa rareté, effectuer la récolte de la gelée royale bio dans un rucher est un processus minutieux suivant des étapes bien précises.

olte de la gelée royale bio

Au cœur des étapes de la récolte de la gelée royale bio

La production de gelée royale dans la ruche est assurée par une classe d’abeilles bien particulière, les abeilles nourrices. Dans des circonstances normales, les ouvrières décident d’élever de nouvelles reines lorsqu’elles jugent la leur trop âgée. Ceci entraîne l’essaimage de la colonie. Pour élever une nouvelle reine, les ouvrières construiront des alvéoles plus grandes que les leurs. La reine pondra alors ses œufs à l’intérieur de ces grandes alvéoles. Les abeilles nourrices ne donneront à manger à ces larves que de la gelée royale pour produire de futures reines. La tâche des apiculteurs qui produisent de la gelée royale est d’imiter et de se servir de ce processus naturel de la ruche.

Produire de la gelée royale demande beaucoup d’efforts de la part des abeilles. Elles doivent consommer plus de miel pour la fabriquer, que pour les autres produits de la ruche. L’opération nécessite donc un suivi personnel très important. Les ruches utilisées pour faire la gelée royale doivent être très peuplées et assez résistantes. La récolte s’effectue tous les trois jours, ce qui correspond à la période de production naturelle de la gelée royale. Sa récolte se fait grâce à différentes étapes.

La préparation du cadre à pondre

Les apiculteurs mettent en place pour commencer des cupules, de grandes alvéoles artificielles. Ils greffent ensuite dans ces dernières, des larves de reines nées il y a moins de 24 heures. Pour disposer de ces larves, l’apiculteur doit d’abord installer des cadres vides dans des ruches spéciales, où la reine pondra les œufs qui pourront être utilisés pour le greffage.

Le greffage des larves

L’épissage des larves peut se faire manuellement et à l’œil nu. Néanmoins, du fait de sa très petite taille, les fabricants de gelée royale préfèrent s’équiper d’instruments optiques spécialement conçus (loupes lumineuses) et de « capteurs » particuliers. Chaque larve doit être transplantée avec une quantité précise de gelée royale et d’eau pour commencer sa croissance. Les abeilles nourrices ainsi trompées comprennent alors que ces larves doivent être élevées comme des reines. Elles se mettront à remplir les cupules de gelée royale.

L’introduction du cadre porte-lattes

Le jour du greffage, le porte-lattes doit être inséré dans la ruche, dans la partie appelée « orphelinée », la reine n’y ayant pas accès. Si cela se produisait, cela détruirait certainement ces futures rivales et rendrait les ouvrières moins susceptibles d’élever de futures reines. On dit que le taux d’acceptation des cupules serait moindre et par ricochet, la production de gelée royale. Le processus d’orphelinage se fait simplement au moyen d’un filet ou d’une grille à reine. Ce filet est destiné à empêcher le passage de la reine (plus grande), mais permet celui des ouvrières.

La récolte proprement dite

Lors de la récolte, l’apiculteur enlève le cadre porte-lattes de la ruche en le maintenant en position verticale. Il est ensuite emmené très rapidement au laboratoire. On retire alors l’opercule et les larves des cupules. On procède à l’extraction de la gelée royale à l’aide d’une seringue ou plus communément d’une petite pompe à vide. Pendant cette étape, l’apiculteur pèse les cupules pleines et vides afin d’estimer la production nette de ses ruches. Toute la gelée fraîche ainsi récoltée en une journée est mise dans un bocal puis placée au réfrigérateur.

Gelée royale bio

Le conditionnement

L’apiculteur extrait la gelée du bocal et la conditionne dans des pots de verre de 10 à 100 grammes. Le métal est à éviter à cause de l’acidité de la gelée. Les pots sont ensuite remis au réfrigérateur et placés dans un contenant isotherme (liège) avant la vente. On peut retrouver la gelée sous diverses formes : en gélules, en ampoules, mélangée au miel ou totalement pure. C’est un produit fragile qui doit être conservé à température ambiante et protégé contre les intempéries (vent, soleil, changement brusque de température). On évite donc les cycles longs de congélation-décongélation.

Comme tous les producteurs de denrées alimentaires, les apiculteurs sont soumis à des règles importantes concernant l’hygiène et la traçabilité de leur gelée. Par exemple, les laboratoires et tous les instruments utilisés pour extraire et conditionner la gelée royale doivent être nettoyés avant et après chaque récolte. La fabrication de la gelée royale bio est un travail minutieux qui prend plusieurs heures, ce qui explique son prix.

Comment choisir sa gelée royale ?

Différents critères sont à prendre en compte pour le choix de votre gelée royale.

La composition

Une gelée royale pure et fraîche est composée de :

  • 50 à 65 % d’eau,
  • 13 à 18 % de protéines (avec beaucoup d’acides aminés importants),
  • 15 % de sucres (glucose et fructose),
  • 3 à 6 % de 10 -HDA, un acide gras unique,
  • divers minéraux et oligo-éléments comme le calcium, le phosphore, le fer, le cuivre, le potassium, etc.

Depuis le 15 septembre 2016, des normes internationales ont encadré et établi des exigences de production et de commercialisation pour la gelée royale. En particulier, la norme ISO 12824 fixe la teneur minimale de 10 -HDA à 1,4 g pour 100 g de gelée royale fraîche. Ces ingrédients doivent être présents dans une gelée royale pure et naturelle. Néanmoins, il existe des gelées royales enrichies pour atteindre ce niveau requis par la norme. La gelée royale de haute qualité est concentrée naturellement en 10 -HDA, soit 1,4 % sans aucun traitement supplémentaire.

Le type de gelée royale

La norme ISO 12824 distingue également deux types de gelée royale selon le régime alimentaire des abeilles ouvrières :

  • la gelée royale de type 1, produite par des abeilles nourries exclusivement avec du pollen, du nectar ou du miel,
  • la gelée royale type 2, produite par des abeilles dont l’alimentation est enrichie en sirop, sucre ou protéines.

La gelée royale de type 1 est clairement la plus recommandée même si elle est la plus chère. Ce régime alimentaire garantit en effet une meilleure stabilité des différents sucres. Une gelée royale de ce type offre ainsi une qualité idéale. Le prix est donc aussi en général un indicateur de qualité. Les gelées enrichies sont moins chères, mais nettement plus riches en sucre qu’autre chose.

La forme et le goût de la gelée royale

Il est recommandé de faire également attention aux présentations trop transformées comme les comprimés ou les gélules. Ce genre de produit perd généralement une grande partie de sa valeur nutritive après transformation. Faites aussi attention à son goût. Une gelée royale de bonne qualité a un goût rappelant celui du miel, mais peu sucré et acidulé. Lorsque votre gelée a un mauvais goût, insipide ou même piquant, il faut s’en débarrasser immédiatement ! Considérez par ailleurs, le temps de transport. Généralement, il est recommandé d’éviter les gelées royales congelées ayant subi un long transport.

La récolte de la gelée royale est un procédé très méticuleux qui requiert du temps et de la patience. De la ruche au réfrigérateur, c’est un véritable travail de fourmi. Il s’agit cependant d’un produit fragile. Il doit subir un conditionnement particulier et délicat. Pour en profiter pleinement, il faut donc prendre le soin de choisir une gelée royale bio, 100 % naturelle et pure.