Une femme qui fait une prise de sang

Comment tester l’intolérance au lactose grâce à la prise de sang ?

Nombreuses sont les personnes qui souffrent d’intolérance au lactose. Certaines s’en doutent un peu, et d’autres pensent qu’il s’agit simplement d’une allergie ou d’une intolérance. Plusieurs moyens permettent d’en être sûr, et l’un d’eux est la prise de sang. Découvrez comment tester votre intolérance au lactose en vérifiant avec votre sang. 

Quelle démarche pour réaliser une prise de sang et vérifier son intolérance au lactose ?

C’est le sucre de lait qui est nommé lactose, et tout le monde n’arrive pas à le digérer. Pour en être certain, il existe plusieurs manières de procéder dont le test sanguin. Cependant, c’est après toutes les autres méthodes que le test sanguin est souvent demandé. Cela permet de valider définitivement le diagnostic pour l’intolérance au lactose. D’ailleurs, il est assez rare qu’il soit réalisé. 

Le test sanguin d’intolérance au lactose nécessite donc une prise de sang, afin de pouvoir mesurer le taux de glucose qu’il contient. De par ce procédé, on peut connaître la quantité de glucose dans l’organisme avant la prise de lactose, mais aussi après. En effet, il doit y avoir au moins trois tests dans les trois heures qui suivent la consommation d’un produit au lactose.

On parlera d’intolérance lorsque, malgré l’ingestion du lactose, le niveau de la glycémie n’est pas affecté, ou alors il l’est, mais très légèrement. Cela signifie que les cellules de l’intestin n’arrivent plus à décomposer le lactose pour le transformer en sucres simples, en raison du manque de lactase dans l’organisme. 

Dans le cas où les tests montrent plutôt qu’il y a eu une augmentation du taux de glycémie dans le sang, alors il n’y a pas d’intolérance au lactose. Lorsqu’il est avéré que vous avez une intolérance au lactose à partir de la prise de sang, vous n’aurez plus qu’à adapter votre alimentation, afin de ne plus souffrir des maux que cela peut provoquer. De ce fait, pour ne pas avoir de carence, il faudra prévoir plus de lactase dans l’alimentation.

Vous aimeriez peut-être aussi cet article : Pourquoi faire appel à un médecin de garde ?

Qui peut diagnostiquer une intolérance alimentaire ?

Cela se fait par un médecin, qui va d’abord procéder à un petit interrogatoire. Le but sera de détecter les symptômes à travers les ressentis du patient. Le médecin s’intéressera au moment de l’apparition des symptômes. Certains exercices peuvent être proposés, comme l’éviction des produits laitiers pendant un certain temps, pour voir si les problèmes de santé liés à l’intolérance continuent. Le médecin demandera si nécessaire, et souvent en dernier recours, une prise de sang, pour être sûr qu’il y a vraiment une intolérance au lactose. 

Quels sont les symptômes d’une intolérance au lactose ?

Ils apparaissent lorsque vous consommez des aliments contenant du sucre de lait. Il s’agit en général de produits laitiers comme le yaourt, le fromage, le beurre, etc. En cas d’intolérance au lactose, au moins entre 30 minutes et parfois 24 heures après le repas, il est possible que vous souffriez d’inconfort abdominal. Cela peut aussi se traduire par des ballonnements, des douleurs abdominales, ou des troubles du transit. Dans ce cas, cela peut aussi se manifester par la diarrhée ou constipation. Les troubles liés à l’intolérance au lactose peuvent aussi être des gaz en abondance, et lorsque c’est plus grave, des vomissements peuvent apparaître.

Si à cette étape, le patient ne se rend pas compte de son intolérance au lactose et n’arrête pas de consommer des aliments lactés, son état de santé général peut en pâtir. Il est alors possible d’observer de l’amaigrissement, de la fatigue, et certaines maladies en profitent pour s’inviter. Ainsi, le patient peut souffrir des céphalées, des douleurs musculaires et parfois articulaires. Aussi, l’intensité des symptômes varie d’un individu à un autre, de même que la période de manifestation. Cela peut aller de quelques heures à plusieurs jours.

Peut-on devenir intolérant au lactose ?

On ne naît pas forcément en étant intolérant. Nombreux sont ceux qui n’avaient pas du tout ce problème, et qui ont on finit par l’avoir pour une raison ou une autre. Dans ce genre de situation, il s’agit de la résultante d’autres maladies dont souffre le patient, et qui sont d’ordre digestif. La gastro-entérite par exemple, peut provoquer une intolérance au lactose. Il en est de même pour le cœliaque ou la maladie de Crohn.

Intolérance et allergie au lactose : quelles différences ?

Attention, certaines personnes sont en réalité allergiques aux protéines de lait de vache, et pensent qu’elles sont intolérantes au lactose. Ces deux termes sont complètement différents.

Dans le cas de l’intolérance au lactose, la production de lactase dans l’organisme est arrêtée ou complètement réduite. Ce qui crée des problèmes digestifs inconfortables et un peu douloureux parfois, mais jamais sévères.

Concernant l’allergie aux protéines de lait de vache, elle correspond à la réponse donnée par le système immunitaire, qui attaque une ou plusieurs protéines de lait de vache qu’il ne supporte pas. Les symptômes sont alors différents et bénins. Le patient peut souffrir d’urticaire, d’eczéma, etc. Dans les cas graves, il peut y avoir de l’asthme, ou encore un choc anaphylactique.