Soutenance de thèse de Louis Braverman

Louis Braverman, membre du réseau Santé et Societé a  le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de sociologie, intitulée :

La fabrique du sujet vulnérable : étude sur l’expérience du cancer de la prostate

La soutenance aura lieu le Lundi 19 juin 2017 à 14h30 à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, Salle 8.

 

Le jury sera composé de :

Philippe Bataille, Directeur d’études à l’EHESS, CADIS, EHESS, directeur.

Alberto Cambrosio, Professeur, Département d’Études sociales de la médecine, Université McGill.

Vincent Caradec, Professeur des Universités, CeRIES, Université de Lille 3.

Nicolas Dodier, Directeur de recherche à l’INSERM et Directeur d’études à l’EHESS, IMM–CEMS, EHESS.

Dan Ferrand-Bechmann, Professeure émérite des Universités, CESOL, Université Paris 8.

Ilana Löwy, Directrice de recherche INSERM, CERMES3.

Virginie Vinel, Professeure des Universités, LaSA-UBFC, Université de Bourgogne/Franche-Comté.

 

Résumé :

Cette recherche propose d’étudier l’expérience du cancer de la prostate. Elle a pour objectif de documenter le vécu et la prise en charge de cette maladie à partir d’une sociologie qui entre dans la fabrique des sujets. Dans quelle mesure les hommes atteints d’un cancer de la prostate et leur entourage peuvent-ils produire de nouvelles formes de subjectivités compte tenu de la vulnérabilité à laquelle ils sont exposés ? Pour répondre à cette question, l’enquête repose principalement sur l’articulation d’observations ethnographiques réalisées pendant une durée de cinq mois au sein de quatre hôpitaux publics avec un corpus de 70 entretiens semi-directifs conduits auprès de patient·e·s, de proches et de professionnel·le·s de santé. L’adoption d’un regard socio-historique permet tout d’abord de mettre en évidence le caractère situé des subjectivités et ouvre la voie à une analyse des modes de subjectivation à l’ère de la biomédecine. L’expérience du cancer de la prostate est ensuite décrite à travers une analyse de son imbrication avec les pratiques et les savoirs biomédicaux. Enfin, les bouleversements du cancer de la prostate au-delà des mondes du soin sont également abordés. Outre les apports de cette thèse à la sociologie du cancer et aux études sur les masculinités, la conclusion met la focale sur sa contribution à l’étude du sujet vulnérable.

 

Mots-clés : Santé, cancer de la prostate, biomédecine, sujet, subjectivation, vulnérabilité, masculinités, rapports sociaux.