Soutenance de thèse de Cécile Ventola

Cécile Ventola, membre du Réseau Santé et Societé a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse de doctorat en santé publique (spécialité sociologie) intitulée :

Prescrire, proscrire, laisser choisir :

Autonomie et droits des usager.e.s des systèmes de santé en France et en Angleterre au prisme des contraceptions masculines

La soutenance aura lieu le lundi 15 mai 2017 à 9h30 dans la salle de conférence du CESP à l’hôpital Paul Brousse, 16 avenue Paul Vaillant Couturier, Villejuif .

Le jury sera composé de :

Nathalie Pelletier-Fleury, Directrice de recherches à l’INSERM

Carole Brugeilles, Professeure de démographie à l’Université Paris Nanterre

Brenda Spencer, Maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne

Hélène Bretin, Maîtresse de Conférence à l’Université Paris 13

Henri Léridon, Directeur de recherches émérite à l’INED

 

Ainsi que des directrices de thèse :

Nathalie Bajos, Directrice de recherches à l’INSERM

Agnès Fine, Directrice d’études à l’EHESS

Résumé : Les usages contraceptifs en France et en Angleterre se distinguent fortement du point de vue du recours aux méthodes masculines : la vasectomie et le préservatif sont utilisés par la moitié des usager.e.s outre-Manche et par seulement 15% des personnes en France. À partir des années 1960, la médicalisation de la contraception est allée de pair avec sa féminisation, mais les modèles contraceptifs de chaque pays semblent ainsi accorder une place différente à la prise en charge masculine des responsabilités en matière de régulation de la fécondité.

Pour comprendre comment ces modèles plus ou moins sexués sont socialement construits, cette thèse compare les contextes institutionnels de la prescription contraceptive qui contribuent à définir le champ des possibles et du souhaitable pour les usager.e.s. Outre une analyse comparative historique et institutionnelle approfondie, ce travail s’appuie sur 33 entretiens semi-directifs avec les professionnel.le.s de santé dans les deux pays afin d’éclairer les logiques qui structurent leurs pratiques et participent à la définition des normes contraceptives.

Cette analyse comparative met en évidence l’impact de traditions politiques contrastées en matière de régulation des naissances : l’héritage de l’eugénisme britannique est plus favorable au recours à des méthodes contraceptives définitives que le natalisme français. Par ailleurs, les systèmes de santé français et britannique se distinguent par leur degré d’encadrement de la formation et des pratiques médicales. En France, la faiblesse de cet encadrement autorise une grande diversité de pratiques en matière contraceptive, et notamment une approche paternaliste du choix contraceptif et l’expression de réticences professionnelles genrées vis-à-vis des méthodes de contraception masculines. En Angleterre, la régulation publique de la formation et des pratiques tend à standardiser les approches professionnelles du choix contraceptif, et laisse une place plus importante aux préférences des usager.e.s.

Mots-clés : Genre, contraception, contraception masculine, médicalisation, études comparatives, système de santé